Oxfam in West Africa
Loading images...

Rainatou Sidibé, « le lait c’est ma vie »

September 16th, 2015 Posted in Agriculture, Burkina Faso, Campagne CULTIVONS, Genre, Moyens de subsistance, Nutrition et sécurité alimentaire, Taclons la faim
Rainatou

  Rainatou Sidibé

25 km, c’est la distance qui sépare Rainatou SIDIBE de son bétail durant chaque  saison pluvieuse, sensée pourtant être celle des vaches grasses au propre  comme au figuré pour les éleveurs. Un éloignement qui pèse surtout sur la femme éleveuse, dont toute l’économie repose sur  la production du lait.

Rainatou, 45 ans, s’active dans la production et la vente de lait depuis l’âge de 12 ans.  La rareté voire l’absence  des animaux rime avec un manque et rareté des ressources :  « pas de lait, pas d’argent, pas de revenus, rien à  manger et donc plus de vie tout  court », résume Rainatou.

Par manque d’accès au pâturage dans les environs de Banfora où les champs, les  plantations  et les habitations sont pratiquement les seules à se disputer l’espace, elle  n’a plus accès à ses vaches laitières, loin de la ville. Pour elle, il ne pouvait en  être a utrement car  la politique en  matière d’aménagement  du territoire n’a pris en compte les éleveurs. De ce fait,  l’accès au pâturage et à l’eau constitue des équations difficiles à résoudre  pour Rainatou et les siens.

Les quelques rares pistes à bétail, sont bouchées et les points  d’eau entourés de champs. Dès les premières pluies, la mobilité devient un chemin de croix pour les éleveuses sans autres intrants agricoles. Alors que s’éloigner des centres urbains, ce serait  se priver du marché  urbain et  limiter voir anéantir ses possibilités d’écoulement.

Que faire ? Alors, elle et sa famille  se sont résignées en choisissant  de rester et d’exiler leur bétail,  le temps d’une saison, tout  en espérant que les politiques veilleront  un jour à   assurer  aux éleveurs une mobilité qui leur permettra de nourrir leurs animaux et par conséquent nourrir la famille toute l’année. Mais en attendant, elle fait venir le lait de 25 km qu’elle écoule dans une mini laiterie à Banfora et priant chaque jour que le miracle survienne.

Post a Comment