Oxfam in West Africa
Loading images...

Encore les APE?

February 6th, 2015 Posted in Campagne CULTIVONS, Français, Moyens de subsistance, Niger

conférence de presse APE

Ayant appris la signature des accords de partenariat économiques (APE) en catimini, par certains pays de la CEDEAO    en  décembre 2015, les membres de la campagne Cultivons au Niger ont tenu une conférence de presse pour donner  leur  position claire contre ce processus non inclusif, vu que le Niger, en apposant sa signature sur cet accord, est  entrain de  compromettre l’avenir socio-économique des populations, surtout que le document sur le commerce  intra-régional pour le TEC (Tarif Extérieur Commun) devrait être élaboré au préalable.

Au Niger, depuis août 2014, la campagne CULTIVONS a cherché à rencontrer les structures impliquées dans le  processus de signature des APE, mais aucune réponse n’a été fournie, laissant de fait la société civile en marge du  processus d’élaboration, contrairement aux dispositions qui stipulent que les populations doivent être suffisamment  informées et impliquées.

Lors de la conférence de presse, le Président de la plateforme paysanne du Niger, Président du ROPPA, a fait le point sur l’historique du processus d’adoption des accords de partenariat économique (APE) et les actions à mener  au regard de la signature par le Niger en prenant en compte le fait que ces accords ne peuvent pas se faire au détriment des petits exploitants, encore moins sur un certain nombre de produits alimentaires (lait, l’oignon, le riz, les viandes, etc.).

Toutefois, tout n’est pas perdu, car ces accords, pour être mise en œuvre, devraient être ratifiés par les parlements des Etats signataires. De ce fait, la plateforme paysanne du Niger compte procéder par une grande mobilisation de la société civile et des populations, afin de faire pression sur l’Etat du Niger et l’amener à renoncer à cette décision qui risque de compromettre toute la dynamique des Etats africains visant à développer le continent par la transformation de l’Agriculture et la promotion du commerce intra-africain des produits et services agricoles, visant à réduire la pauvreté de moitié d’ici 2025 et offrir de meilleures conditions de vie aux millions d’hommes, de femmes, de jeunes et d’enfants africains. En effet, qu’en sera-t-il des engagements des Chefs d’Etats Africains formulés si récemment à travers la Déclaration de Malabo ?

Comme l’a dit le Pr Albert Wright, membre de la campagne Cultivons sur la promotion des produits locaux à forte valeur nutritive lors de cette conférence, ″Dommage qu’il faille nous battre en lieu et place de nos décideurs pour préserver les intérêts de nos populations qui les ont pourtant élus!″.

Comme actions, tout d’abord le ROPPA compte assigner la CEDEAO devant son instance judiciaire pour n’avoir pas impliqué la société civile au processus et pour avoir signé sans avoir consulté les populations des pays respectifs. Ensuite, les acteurs que sont les OP/OSC, consommateurs, medias et parlementaires, doivent être informés, sensibilisés et mobilisés. Au niveau régional et international, il est nécessaire de développer des synergies et des alliances plus fortes pour dénoncer le contenu actuel des APE avant leur ratification par nos parlements.

Amina Issa Oumarou 

Chargée de Communication et Mobilisation Populaire pour la Campagne CULTIVONS au Niger

 

Post a Comment