Oxfam in West Africa
Loading images...

Etuvage de riz : OXFAM au Burkina met au point du matériel innovant  pour alléger les tâches des femmes étuveuses

December 27th, 2014 Posted in Agriculture, Burkina Faso, Burkina Faso, Changement Climatique, Climate Change

Le gazogène permet aux étuveuses de travailler loin des flammes et de la fumée

Oxfam au Burkina Faso en collaboration avec l’IRSAT (Institut de recherche en sciences  appliquées et   technologies), avec le soutien de la Fondation Bill & Melinda Gates, a mis au point des prototypes de matériel   qui annoncent une révolution dans l’étuvage du riz au Burkina.  Il s’agit d’un gazogène, d’un four à balles de riz et d’une trieuse qui  ont été testés avec des résultats positifs  avec les femmes étuveuses de riz de Bagré et de Bama.

C’est sans doute une bouffée d’oxygène  pour les femmes étuveuses de riz du Burkina. Avec ce matériel, les femmes pourront, en effet, désormais rêver d’exercer leurs activités loin des flammes, des brûlures et de la fumée et surtout de mettre à la disposition de leur clientèle du riz étuvé de qualité meilleure. C’est du moins, à l’unanimité, leur avis à l’issue des tests effectués sur les sites de Bama et de Bagré où les prototypes ont été accueillis avec satisfaction par les femmes étuveuses, à l’image de Saadia Yemboré.  Étuveuse de riz depuis près d’une dizaine d’années  à Bagré, elle avoue que c’est la première fois qu’elle commence à concevoir sa vie professionnelle sans une exposition aux brûlures et à la fumée. «  Je suis très contente du matériel qui a été testé. Il va beaucoup changer nos pratiques professionnelles et partant notre vie entière », relève-t-elle. En effet, de l’avis des bénéficiaires, le nouveau gazogène ne dégage pas de la fumée contrairement au four à balles de riz  en usage actuellement dans les centres d’étuvage de riz. Aussi, l’innovation apportée à travers la mise au point d’un gazogène vient soulager davantage les femmes comme l’a confié  Kalizéta OUEDRAOGO du site de Bama qui se réjouit de pouvoir travailler désormais sans se faire brûler. La nouvelle trieuse a également trouvé un écho favorable auprès des femmes étuveuses. Pour Gando DABRE de Bagré, tout comme  bien d’autres dans les deux centres d’étuvage, la trieuse augure des lendemains meilleurs pour la production du riz étuvé de qualité.  Elle permet en effet de se débarrasser  des impuretés : cailloux, riz mal étuvé,  paille…, rien ne passe avoue les étuveuses des deux sites. Mieux, elle offre également la possibilité de changer de tamis en fonction de l’utilisation que l’on veut en faire,  souligne  SAWADOGO Mariam, présidente de L’Union Nationale des femmes étuveuses de riz. Quant au nouveau four à balles de riz, mis au point dans le cadre du projet (il s’agit de l’ancien modèle actuellement utilisé dans les centres à la différence que ce modèle  est renforcé) a une durée de vie 3 fois supérieure à celle de l’ancien.

Ces outils sont le resultat d’une collaboration fructueuse entre OXFAM  au Burkina Faso et la Fondation Bill & Melinda Gates, à travers un projet de recherche sur l’allègement du travail des femmes étuveuses de riz. Ce projet vise  essentiellement à renforcer le four à balles de riz pour le rendre plus résistant au feu, à mettre au point une trieuse de riz plus performante et moins couteuse que celles importées actuellement de la Chine et de régler la combustion des balles de riz de sorte que la fumée dégagée soit moins toxique pour les femmes.

 

Améliorer les conditions de  travail des femmes pour booster la production du riz étuvé

Au-delà de faciliter le travail des femmes étuveuses, ces nouveaux outils vont, sans douter, contribuer à améliorer la santé  des femmes et surtout à  booster leur rendement, fait remarquer la présidente de l’Union des étuveuses de  riz de Bagré, Mariam Nana. Ils vont permettre  aux femmes de progresser en quantité et en qualité et surtout de mieux  satisfaire  les consommateurs  du riz étuvé note-t-elle. Mais pour y parvenir, il faut une vulgarisation conséquente du matériel.  C’est pourquoi, Oxfam au Burkina  Faso envisage équiper dans un premier  temps quatre centres d’étuvage  de ces nouveaux outils. Il s’agit des centres de Bama, Bagré, Bazon et Douna. Des formations des artisans locaux dans la production de ces outils ont été réalisées durant la période du 17 au 27 Octobre 2014  pour rendre les produits disponibles et accessibles aux étuveuses qui souhaiteraient les acquérir à titre privé.

Post a Comment