Oxfam in West Africa
Loading images...

Ghana: Les Partenaires et les Institutions de l’Etat formés sur l’approche EPCV/ERV

August 8th, 2014 Posted in Ghana

Community members responding to questions at  BianbongL’adoption d’une approche plus proactive plutôt que réactive de la catastrophe semble être le message qui a retenti quand Oxfam au Ghana avec des partenaires et d’autres institutions nationales, y compris l’Organisation Nationale de Gestion des Catastrophes (NADMO), le Service National des Sapeurs-Pompiers du Ghana (GNFS), le Ministère de l’Alimentation et l’Agriculture (MAE), l’Agence de Protection de l’Environnement (EPA), et les Assemblées de District dans les trois régions du Nord se sont réunis pour une formation de cinq jours sur l’Evaluation Participative des Capacités et Vulnérabilités / l’Evaluation des Risques de Vulnérabilité EPCV/ ERV àBolgatanga, la capitale régionale du Nord Est(Upper East).

Le Directeur Pays d’Oxfam au Ghana Sebastian Tiah a réitéré la nécessité pour le Ghana en tant que pays à s’intéresser plus dans la mise en place des mesures visant à prévenir les catastrophes dans leur strict minimum au lieu de se concentrer sur la réponse aux catastrophes.

La boîte à outils EPCV/ERV est une initiative d’Oxfam visant à équiper les partenaires et les parties prenantes avec des connaissances et compétences pour faciliter l’analyse participative des risques et de la vulnérabilité et la pré-évaluation des risques de vulnérabilité avant d’identifier et élaborer des stratégies de réduction des risques afin de minimiser l’impact des catastrophes.

La formation a offert une expérience pratique grâce à des interactions avec la communauté du District de Tempane Garu dans la Région Nord Est (Upper East). Les participants ont souligné l’importance du travail sur le terrain après l’aspect théorique.

“J’ai réalisé à quel point il est important d’improviser lorsque c’est nécessaire et d’utiliser des situations et des exemples dans la communauté pour faire ressortir la vraie signification de l’évaluation que nous faisons» : a attesté l’un de nos partenaires nationaux.

Pour les populations de Bianboog, l’une des communautés que nous avons visitées, une catastrophe est la dernière chose qu’ils souhaiteraient vivre, mais les dirigeants et les autorités traditionnelles ne pouvaient pas cacher leur joie par rapport aux éclaircissements qui leur ont été apportés à travers l’exercice ERV sur les dangers auxquels ils sont exposés.

Les trois communautés qui ont bénéficié du travail de terrain EPCV et ERV, sont des lieux où Oxfam au Ghana met déjà en œuvre son projet d’adaptation au changement climatique (ELCAP) et l’exercice par conséquent a été bien pratique pour aider les partenaires à construire la résilience des communautés rurales en vue d’améliorer les moyens de subsistance.

“Une chose essentielle que j’ai apprise de cette formation, c’est comment nous ignorons souvent l’impact des catastrophes sur les femmes. Cette formation m’a aidé à comprendre la nécessité d’impliquer les femmes dans la conception et la mise en œuvre des plans de développement, les interventions d’urgence et la réduction des risques à long terme;’’ a remarqué un autre participant.

“L’atelier de formation implique beaucoup de mon travail qui est très nécessaire à l’heure actuelle. Il m’a permis d’élargir mes connaissances sur la RRC (Réduction des Risques et Catastrophes) et j’espère intégrer ce que j’ai appris ici dans notre plan à moyen et long terme au niveau du district”, a affirmé Grace Nkaw, coordonnatrice NADMO du District Garu Tempane.

Les trois régions du nord ont été touchées au fil des ans par diverses formes de catastrophes et l’expérience de la communauté permettra à Oxfam et ses partenaires d’analyser les risques identifiés afin d’améliorer le soutien nécessaire dans les communautés où nous travaillons.

Naana Nkansah Agyekum,  Responsable Media et Communications à Oxfam au Ghana

Post a Comment