Oxfam in West Africa
Loading images...

La lutte pour la protection des femmes et enfants des abus familiaux est loin d’être acquise au Niger

August 8th, 2014 Posted in Français, Gender, Inégaités

mariam« …Quand une femme ou un enfant se présente à notre structure avec des coups et blessures, pour dénonciation de viol ou de harcèlement sexuel, automatiquement la prise en charge lui est garantie avec l’aide des partenaires comme l’UNFPA et OXFAM… » Mme Mariama Moussa, Présidente de l’ONG SOS FEVVF.

 Au Niger, le combat contre les violences familiales,faites aux femmes et enfants, a désormais un porteflambeau.Il s’agit de Mme Mariama Moussa, à travers l’ONG qu’elle préside, à savoir SOS femmes et Enfants Victimes de Violences Familiales.

Selon Mme Mariama Moussa, les violences que subissent les femmes et les enfants du Niger sont physiques, psychologiques, économiques (la privation des biens matériels), verbales, harcèlement sexuel,viol de mineurs et viol conjugal. C’est la raison pour

laquelle l’ONG SOS FEVVF s’est doté de plusieurs stratégies permettant de renverser cette tendance. Il s’agit entre autres des sensibilisations des populations pour un changement de comportement, de l’organisation des conférences débats sur les thématiques des violences basées sur le genre, et des séances de sensibilisations sur le mariage précoce et forcé. Un autre projet dénommé « Prise en charge holistique des violences basée sur le genre » a été

conduit efficacement par cette organisation. Cette approche comporte plusieurs volets à savoir les prises en charge sanitaire, économique et psychologique, ainsi que l’assistance judiciaire des victimes.

« Cependant, quand une femme ou un enfant se présente à notre structure avec des coups et blessures, pour dénonciation de viol ou de harcèlement sexuel, automatiquement la prise en charge lui est garantie avec l’aide des partenaires comme l’UNFPA et OXFAM », a expliqué Mme Mariama Moussa.

En termes de perspectives, l’ONG SOS FEVVF envisage de créer carrément centre d’hébergement pour les victimes avec un dispositif sécuritaire fiable.

Source : le Sahel

Post a Comment