Oxfam in West Africa
Loading images...

Tchad – Ils sont déjà en route…

November 28th, 2011 Posted in Agriculture, Changement Climatique, Français, Nutrition et sécurité alimentaire, Tchad

Par Madeleine Evrard Diakité, Conseillère Régionale  sur la Sécurité Alimentaire et les Moyens d’existence

Communautés en migration

Communautés en migration

Cette année encore les familles d’éleveurs du Nord Bahr El Ghazal ont quitté leurs villages pour passer de longs mois loin de chez elles à la recherche de pâturages pour leur troupeaux de moutons, de vaches et de dromadaires. Le plus souvent, hommes, femmes et enfants font tous partis du voyage.

Mais cette année leur départ est plus précoce que d’habitude… Il n’a pas assez plu et les terres autour des villages sont désespérément sèches, sans trace de paille. Même les champs cultivés un peu plus au Sud n’ont rien donné. Lorsque le manque de pluie n’a pas totalement hypothéqué les perspectives de récoltes, ce sont les criquets et les oiseaux qui ont profités des quelques épis qui avaient résistés. Les familles n’ayant pas les moyens de partir, car sans animaux pour subvenir à leur besoin sur la route, restent sur place et commencent à ramasser les graminées sauvages en prévision des temps difficiles qui s’annoncent, et d’une période de soudure qui sera très longue.

Oxfam est présent depuis le début de l’année 2011 auprès de ces habitants Kreda (agropasteurs) et Goran (éleveurs transhumants) de la région du Bahr El Ghazal, et met en œuvre  un programme pour améliorer leur résilience face aux chocs récurrents et leur capacité d’adaptation à un environnement de plus en plus fragile et aride.

En effet, que ce soit le manque de pluie, les invasions des ravageurs des cultures, les épidémies du bétail ou encore des denrées trop rares ou trop chères sur les marchés,  les facteurs qui fragilisent ces ménages et les rendent vulnérables à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition sont nombreux. Et pour les contrer, des actions à long terme fondées sur une approche participative et communautaire avec un fort engagement de tous sont nécessaires.

Les animaux étant au centre de la vie de ces communautés, Oxfam s’investi dans le développement  de la santé animale : en aidant les villageois à identifier et à former en leur sein des « auxiliaires d’élevage », y compris des femmes, capables de prodiguer des soins aux animaux et de diffuser les bonnes pratiques d’élevage et en les dotant en petit matériel de soins et en organisant des campagnes de vaccination avec les services techniques de l’élevage.

Là où l’agriculture est possible Oxfam s’emploie également à diffuser la connaissance de pratiques culturales plus efficaces tout en  respectant cet environnement fragile (utilisation de semences de qualité, intercaler le mil et le haricot qui maintiennent la fertilité des sols, utiliser le fumier pour enrichir le sol, traiter les cultures contre les insectes avec des solutions à base de plantes).

Réparation de pompes manuels

Réparation de pompes manuels

Oxfam s’engage surtout à répondre à l’un des principaux défis que les habitants de Bahr El Ghazal rencontrent : l’accès à l’eau. En réparant les pompes, les familles ont accès à une eau de qualité pour les besoins domestiques, et en réhabilitant les puits, les éleveurs peuvent abreuver leurs troupeaux dans de meilleures conditions. En parallèle, les communautés sont incitées à gérer leurs ressources en eau de manière responsable et durable mais elles sont également sensibilisées à des pratiques de promotion de l’hygiène et de prévention de la malnutrition en évitant les maladies des enfants et en particulier la diarrhée.

Cette dynamique contribue à redonner espoir aux habitants de Bahr El Ghazal, en contribuant à répondre à certains de leurs besoins et en appuyant leurs initiatives communautaires.  Oxfam souhaite les rendre moins vulnérables et leur permettre de s’appuyer sur des mécanismes de  solidarité communautaire en cas de difficultés. Pour cela nous travaillons en étroite collaboration avec les autorités administratives,  traditionnelles locales et avec les services étatiques qui ont du mal à couvrir un tel territoire avec une situation si complexe.

Une nouvelle année marquée par des pluies trop rares, rappellent l’importance de cette approche mais également le fait que des efforts sont nécessaires sur la durée. Alors à leur retour de transhumance, les familles savent qu’elles  pourront compter sur Oxfam pour appuyer les nouvelles initiatives qu’elles porteront : accès à l’aliment bétail, accès accru des femmes aux activités productives et aux moyens d’existence, travaux communautaires (tels que l’aménagement des mares) rémunérés en argent ou en nature…

Les populations du Sahel ont développé des modes de vie complexes en réponse à un environnement fragile. Elles ont besoin qu’on leur donne l’opportunité de maintenir leurs moyens d’existence tout en ayant un meilleur accès à leurs besoins essentiels.

Post a Comment